Biologics 4 Life développe des biomatériaux pour les troubles du métabolisme osseux. Le premier objectif de cette jeune startup est le traitement des fractures dues à l‘ostéoporose. Cette affection cause chaque année onze millions de fractures rien que dans les pays industrialisés. Elle est complètement asymptomatique. Un déséquilibre entre les cellules détruisant l’os et celles qui le reconstruisent vient rendre l’os poreux et un appui ou une chute suffisent alors pour le casser. Passé un certain âge, les personnes subissant une fracture ostéoporotique sont hospitalisées et immobilisées après la pose d’une prothèse. En sachant que l’état de santé des personnes âgées tend à se dégrader lorsqu’elles ne peuvent plus bouger, il devient impératif d’éviter un échec chirurgical et une seconde intervention. Ainsi que de prévenir la survenue d’une nouvelle fracture.

 

Biologics 4 Life un traitement curatif puis préventif de l’ostéoporose

 

C’est ce que propose Biologics 4 Life avec son produit NEO-S. La startup propose de traiter la fracture grâce à son biomatériau et de prévenir la récidive. « Pour soigner une fracture le chirurgien va installer une prothèse pour réparer l’os. La difficulté d’une intervention chirurgicale sur des os fragiles est que la prothèse risque de se desceller. » explique Aurélien Valet, fondateur de Biologics 4 Life. Ils développent donc un biomatériau couplé à une molécule anti-ostéoporotique. Concrètement, il s’agit d’une pâte que l’on va venir injecter au moment de placer la prothèse. Cette dernière va rapidement être cohésive puis atteindre son durcissement optimal sous 24h et le médicament à l’intérieur va être relargué localement et progressivement, protégeant l’os reconstruit et limitant le risque de descellement de la prothèse.  « L’innovation c’est cette molécule qui va réguler le processus de construction/destruction de l’os. La pâte va se résorber et sera remplacée par l’os naturel ».

L’ambition de cette jeune startup serait de pouvoir injecter NEO-S en ambulatoire, sur la base d’une radio, en traitement préventif avant que l’os ne casse. « Les radiologues conventionnels pourraient l’injecter, cela éviterait le coût colossal d’une fracture pour les systèmes de santé ». Pour les patients le but sera d’éviter l’hospitalisation et garder une bonne qualité de vie le plus longtemps possible.

En fin d’année ils lanceront leur biomatériau sur le marché (NEO-VISC), sans médicament pour l’instant, pour les fractures classiques. Le marché existe déjà, ce sera une manière de nous faire connaître. L’innovation de rupture arrivera ensuite avec NEO-S qui entrera en phase clinique d’ici 3-4 ans… »

 

Toujours plus de valeur ajoutée

 

Toujours dans cette philosophie de pousser leurs recherches plus loin et d’ajouter de la valeur à l’existant, Biologics 4 Life planche sur un futur produit de traitement des métastases sur les vertèbres. « Nous combinerons NEO-S avec un autre principe actif pour neutraliser les métastases osseuses issues de cancer du sein. Le challenge pour les vertèbres sera de concilier résistance mécanique et propriétés biologiques pour notre biomatériau ».

Un plan d’actions qui devrait se dérouler sur les 8 prochaines années. Pour cela Biologics 4 Life a développé des partenariats avec des experts de la chirurgie orthopédique. Le professeur Argenson de l’AP-HM de Marseille et le professeur Pascal Mousselard de l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris notamment.

La startup a signé un accord avec l’INSERM et le CNRS pour conduire une partie de leurs recherches dans leurs locaux. La startup de 9 personnes installée à la pépinière de Pertuis vient de lancer sa campagne de crowdfunding. Elle est ouverte au grand public sur Wiseed. L’équipe vise une levée de fonds de 500 000 euros. « Nous allons déposer 3 brevets au 1er semestre 2021 ».

Un programme soutenu par la Région et récompensé par le concours national i-Lab 2020, organisé par le Ministère de la Recherche. BIOLOGICS 4 LIFE a d’ailleurs été le seul lauréat Santé de la région SUD.

 

Pour les soutenir : www.wiseed.com