Neuro-Sys, la société gardannaise est le partenaire privilégié de l’industrie pharmaceutique, des biotechs et des startups développant des molécules pour freiner le développement des maladies neurodégénératives (Maladies d’Alzheimer, de Parkinson, de Charcot…).

 

Une CRO Aixoise

 

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) classe les maladies neurodégénératives parmi les plus grandes menaces pour la santé aujourd’hui. Une personne sur huit en Europe sera concernée par une pathologie du système nerveux. Avec le vieillissement, ce chiffre va encore augmenter. Ainsi, il est aujourd’hui impératif de développer de nouvelles voies thérapeutiques pour progresser dans le traitement de ces maladies.

De ce point de vue, les modèles précliniques sont essentiels pour aider la communauté des chercheurs à faire avancer la science et découvrir des traitements prometteurs. C’est ici que rentre en jeu NEURO-SYS, en tant qu’organisation de recherche sous contrat (CRO).

Neuro-Sys a été fondée en 2013 par des professionnels spécialisés dans les modèles de maladies neurodégénératives, (in vitro et in vivo), et la recherche et développement de molécules susceptibles de les traiter. La société offre à ses partenaires la possibilité de cribler leurs molécules, en les comparant à des molécules de référence connues. Elle conduit également des recherches approfondies sur leur mode d’action, ce qui permet de dire comment fonctionne la molécule sur l’activité neuronale.

Toutes ces recherches sont possibles grâce à l’équipe de pharmaciens et neuropharmacologues en interne. « Aujourd’hui, NEURO-SYS est l’une des seules CRO à avoir ce genre de compétences en interne et de surcroit, en nombre » ajoute Yann Jaudouin, PDG de NEURO-SYS.

 

10 ans plus tard, des mètres carrés en plus !

 

L’entreprise lauréate du dispositif DAP (devenu dispositif AMPA), prévoit pour l’été 2023, des locaux bien plus grands pour ses équipes. D’une surface de 1200m², le nouveau bâtiment se situera à moins de 200 mètres des locaux actuels.

Ce projet de construction permettra à NEURO-SYS de continuer son développement et lui permettra de travailler sur différents projets en même temps. « Cela permettra de proposer des tests précliniques innovants et encore plus performants pour nos clients » explique Yann Jaudouin. « Aujourd’hui, le manque de place limite notre développement, nos équipes sont à l’étroit ! » ajoute le Président de NEURO-SYS.

 De quoi continuer à faire avancer la science !