Test du système anti-collision d’Air Space Drone pour Monaco et Singapour

L’engouement pour les drones n’en finit pas d’augmenter. Avec le déploiement d’innovations comme le drone taxi, lancé en février dernier en Chine, la nécessité de réguler l’espace aérien se fait de plus en plus pressante. En tant que premier acteur international de sécurisation des drones, Air Space Drone a été sollicitée pour tester sa solution dans de vastes espaces urbains comme Singapour et Monaco.

 

C’est avec un boitier de 47 grammes qu’Air Space Drone offre un système de suivi, enregistrement et contrôle en temps réel des trajectoires des drones : un moyen de respecter la réglementation aérienne, d’éviter les collisions et de retracer un évènement. Sa simplicité de mise en œuvre permet de l’installer sur n’importe quel type d’aéronef sans expertise technique particulière. La plateforme permet également d’obtenir la météo géolocalisée et d’envoyer un plan de vol. Étant donné les problématiques de responsabilité et leur obligation de prévention, les assureurs peuvent être intéressés pour proposer ce système à leurs abonnés utilisateurs de drones.

 

Organiser le trafic aérien des drones dans les grandes villes

 

Au-delà des privés, la solution intéresse également les gouvernements, soucieux de réguler ce trafic. La startup, grâce à un partenariat avec Airbus Helicopters, teste son système embarqué en conditions réelles à Singapour. L’objectif ? Faciliter le déplacement des drones de livraisons évoluant en milieux urbains saturés. Cette phase durera jusqu’en juillet avant déploiement de la solution si les essais sont concluants.

Une autre démonstration aura lieu le 28 mai à l’occasion du grand prix de Monaco, en cohésion avec la sécurité civile, pour surveiller et tracer les drones en vol. Un long travail puisque la startup devra aussi travailler sur la formalisation  d’une réglementation juridique que le gouvernement aimerait mettre en place en juin.

Au niveau technique, Monaco Telecom aimerait rentrer dans le consortium sur ce POC (Proof Of Concept), pour permettre à Air Space Drone d’améliorer sa connectivité. Des développements pourraient être ajoutés, comme la localisation du propriétaire du drone via son smartphone. Une opportunité qui devrait se concrétiser puisque la startup a été sélectionnée par la région PACA pour venir pitcher le 16 mai à Station F, en présence, de Xavier Niel, du patron de Monaco Telecom et du Prince Albert.

En plus de ces projets qui devraient générer des retombées économiques en fin d’année, la startup prépare une levée de fonds afin de ré-augmenter son capital. Avec l’embauche de cinq personnes, dont une juriste et un développeur cette année, Air Space Drone ambitionne une visibilité européenne et commence à penser à son intégration en Afrique.

 

Air Space Drone a bénéficié du Dispositif d’Amorçage de Provence.