Green Praxis propose des services de gestion durable du couvert végétal pour les entreprises. Le développement de la végétation est une problématique récurrente aux grands groupes. Dans le domaine des transports par exemple, son entretien est essentiel pour dégager les voies. Les coûts générés par cet entretien ont un impact grandisssant pour les entreprises. La solution Green Praxis propose des moyens efficaces pour pallier ces inconvénients. L’entreprise a été aidée à ses débuts en 2020 par le dispositif AMPA à hauteur de 30 000€.

 

Un entretien durable pour le tiers du cout  

 

Pour l’entretien classique, les entreprises utilisent majoritairement des désherbants chimiques ou mécaniques. La règlementation sur l’utilisation des produits phyto-sanitaires se durcit et les couts d’entretien du couvert végétal augmentent significativement. Mais au-delà des coûts engendrés, les solutions sont souvent inefficaces car inadaptées au contexte.

C’est pourquoi Green Praxis développe des alternatives plus intelligentes et plus rentables. La société utilise l’expertise et l’informatique  pour comprendre le contexte  et ainsi choisir les solutions les plus appropriées . Cela va passer par une analyse du sol, du climat, du couvert existant, de la topographie et de la réglementation… Les sources d’information vont enrichir ses propres données et lui permettre de formuler des recommandations. Concrètement, l’outil informatique va aider par exemple, à identifier sur un périmètre défini quels types de plantes peuvent pousser lentement et séquestrer du carbone.

Dans son arsenal de stratégies pour maitriser la croissance de la végétation, les entreprises peuvent être guidées vers le choix d’une couverture végétale qui pousse lentement et qui occupe l’espace pour empêcher les mauvaises herbes de s’établir.

Selon les endroits, le fait de choisir une couverture végétale adaptée peut permettre de réduire les couts de maintenance jusqu’à 70%. Outre ces bénéfices économiques, des « co-bénéfices » importants sont valorisables. Réduire la fréquence de passage et donc les moments où on perturbe le milieu permet de préserver la biodiversité. Le fait de réduire les fauches, augmente aussi la séquestration de carbone et permet de réduire la température.

 

Green Praxis signe un partenariat avec SFERIS

 

Début février Green Praxis a annoncé son partenariat avec SFERIS. Le spécialiste de la sécurisation des chantiers, des travaux et de la gestion de l’infrastructure ferroviaire. « Ils ont compris l’innovation apportée par nos solutions. » explique Martin Guillaume CEO de Green Praxis. Un partenariat de 3 ans a donc été signé sur le volet technique et opérationnel. L’entreprise a la charge de l’ingénierie de la solution. Ils ont des laboratoires sur des site de Sferis, où ils testent de nouvelles solutions… Dont la bio minimalisation qui consiste à faire durcir le sol avec des bactéries. « Tout est étudié pour réduire la fréquence d’intervention ». Grâce à ce partenariat, Green Praxis espère intervenir sur une quinzaine de site en France d’ici la fin de l’année. L’équipe compte 9 personnes dont 3 docteurs en sciences environnementales encadrées Jérome Di Giovanni, co-fondateur et lui-même docteur en biologie.

En parallèle, elle aimerait ouvrir ses solutions aux transports autoroutiers. Construire un partenariat pour tester les solutions et leur efficacité

Leur expertise intéresse également les opérateurs d’énergie solaire. « Ils ont des problèmes de couverture végétale sous leurs panneaux et cherchent des solutions pour les maitriser. »

D’autres applications de la solution peuvent être trouvées, comme dans le domaine des assurances. Pour réduire le risque d’incendie ou d’inondation. Sans couverture végétale l’eau entraine une forte érosion. Un couvert végétal va aider l’eau à pénétrer dans le sol. Pour freiner les incendies, il existe des plantes pyrophytes qui empêchent la propagation du feu.