Photo Daniel Kapikian

Rottor copilote la tranquillité des motards

Pour pallier l’inadéquation des GPS aux besoins des motards, la société développe une solution conjuguant praticité d’usage, plaisir de la conduite et esprit de partage communautaire.

Quand un motard prend la route, il veut se faire plaisir sans se mettre en danger. Or, les GPS interfacés pour les automobilistes ne lui facilitent pas la vie. Impossible de piloter sa machine les yeux rivés sur un écran gorgé d’indications qui lui sont inutiles, encore plus dans des conditions météo défavorables. Cofondateurs en 2018 de Rottor, Nicolas Forestier et Martin Matignon ont décidé de résoudre les problèmes posés par ces dispositifs en imaginant une solution simplifiée, ajustée au mieux aux attentes des motards. Au sein de l’Incubateur Belle de Mai, à Marseille, ils ont conçu un prototype ergonomique, sécurisé, étanche et intuitif qu’ils auraient déjà industrialisé si la pénurie de composants électroniques n’avait pas perturbé leur feuille de route. Le prêt AMPA de 30 000 euros et l’appui de Bpifrance leur ont permis d’avancer jusqu’à la production de préséries. Le développement prévoit la généralisation d’une application dédiée, puis le lancement d’un objet intelligent, fixable sur la moto.

Se guider à la lumière de Leds

Rottor veut rendre la conduite naturelle et sereine en se posant en copilote du motard. Sous forme d’anneau, l’objet le guide par un système de bouton poussoir, de Leds et de codes couleurs. S’il doit tourner à droite, la Led de droite s’éclaire, si c’est à gauche, c’est celle de gauche. D’un coup d’œil, sans avoir à décrypter un écran, ni à ôter ses gants, le motard cerne la route à emprunter. Le produit indique aussi préventivement les zones de danger avant qu’il n’y arrive (virages dangereux, voirie dégradée, présence de gravillons…) grâce aux signalements effectués par la communauté de pratiquants. Cette communauté agrémente également le dispositif sur les itinéraires secondaires les plus attrayants à moto, la qualité des revêtements routiers, les points touristiques qui méritent le détour… Gorgé d’algorithmes, le dispositif de Rottor accumule enfin des données relatives au mode de pilotage de la moto : angle d’inclinaison, accélération, freinage, distance parcourue, secteurs dénivelés… A l’avenir, lorsque la réglementation applicable sera définie, il pourra faire office de détecteur de chutes, d’appel aux secours en cas d’accident…

Une route bien tracée

Soucieux de ne pas freiner les progrès de leur projet à cause du COVID ou du manque de composants, les deux associés peaufinent et enrichissent leur application, par exemple en y intégrant des modèles d’édition d’itinéraires (roadbooks) adaptés à aux motos électriques qui impliquent d’autres exigences d’autonomie, d’accès aux bornes de recharge… Ils structurent parallèlement l’entreprise pour ses futurs développements techniques, commerciaux et financiers, parcourent les salons et événements spécialisés pour promouvoir leur solution, se rapprochent de relais précieux de « l’état d’esprit motard » comme la Mutuelle des Motards, les réseaux de franchisés… Objectif : disposer toujours de quelques roues d’avance à l’industrialisation du dispositif.

 

 

17 juin 2022