Photos Daniel Kapikian

 Une solution robotisée pour l’usine de demain

 

L’expertise de la société I-MC (Innovative Manufacturing and Controls) repose sur des savoirs techniques éprouvés en usinage et contrôle de pièces à forte valeur ajoutée pour l’aéronautique, la défense, le médical ou encore l’automobile. Dominique Nozais, CEO et Directeur technique et Stéphane Robic, Directeur commercial fort d’une expérience aux Etats Unis dans le logiciel du Machine Control pour l’industrie du  semi conducteur, ont cofondé I-MC en 2017 pour proposer leur solution de contrôle-correction robotisée de production de pièces et de prototypes. Ce dispositif High-tech associe une machine d’usinage avec une plateforme I-MC. Cette plateforme se compose de capteurs optiques, d’un robot sur 6 axes équipé d’un système de déplacement pilotable et d’un superviseur qui renferme toute une chaîne numérique très innovante. La principale innovation de la solution I-MC réside dans la communication entre les capteurs, le robot et le centre d’usinage, qui permet à l’opérateur de définir plusieurs contrôles lors des phases critiques de fabrication. Le contrôle se fait à distance grâce à la technologie optique. Les résultats sont comparés à la  CAO 3D de la pièce en cours d’usinage en temps réel. Cette possibilité d’interagir sur la fabrication et les corrections capitalisées grâce aux techniques de l’Intelligence Artificielle offrent aux bureaux d’études et de méthodes un mode opératoire sans précédent.

 

Une expérience de 20 ans dans les opérations de fabrication et de contrôle à distance en milieu hostile

Avant de cofonder I-MC, Dominique Nozais a travaillé durant 20 ans au CEA Cadarache. Il a développé une expertise technique sur des projets comme la construction d’une installation de réacteur nucléaire avec des cellules chaudes blindées non accessibles à l’homme. Il a aussi piloté une installation faisant collaborer 200 personnes travaillant sur ces cellules chaudes. De là sont nées des études de robotisation de ces activités. En 2016, une étude de marché sollicitée par BPI France sur les besoins en dehors du secteur du nucléaire est venue confirmer les opportunités de marché de la mécanique de précision pour l’aéronautique et la défense. 2018, c’est l’année des premiers contrats industriels et le déploiement de plusieurs Use Cases pour des Early Adopters notamment dans l’aéronautique. 2 Docteurs en Sciences et 2 thésards sont venus étoffer l’équipe R&D d’IMC ; 3 recrutements sont à venir en 2019. C’est un chiffre d’affaires de 5 à 6 millions annuel qui est visé à 5 ans. L’Italie, la Suisse et la République Tchèque constituent des cibles ayant déjà manifesté de l’intérêt  pour l’innovation développée par I-MC. Suivront les États-Unis et la Chine pour arriver à l’objectif de 70% du CA à l’export.

 

Le DAP a participé au financement de notre premier prototype

Novembre 2017, après une incubation chez Impulse à Marseille, création de la société I-MC avec un partenariat R&D très fort lié au CEA qui figure au capital social de l’entreprise. C’est également le cas de l’École Centrale de Nantes. Une thèse co encadrée AMU et ENSAM a permis par ailleurs d’accélérer la R&D. Lauréat i-Lab et labellisé Talent INPI en 2018, I-MC a aussi bénéficié d’une bourse French Tech Emergence. Avec le recul, on se rend compte que le DAP constitue le premier dossier de présentation du projet et de l’équipe. Ce dispositif assez sélectif a permis de structurer le projet autour de l’expérience des 2 cofondateurs.

 

Interview Dominique Nozais, CEO cofondateur de I-MC par Julia Santi

13 janvier 2019