Photo  Daniel Kapikian

Des biostimulants pour les grandes cultures

 

Les bactéries sont naturellement dans les sols

Ce sont 8 associés qui sont à l’origine de la création de la société BioIntrant dont Nicolas Chabert, microbiologiste passionné. Ce docteur en science a précédemment mené sa thèse au sein du Laboratoire d’Ecologie Microbienne de la Rhizosphère et d’Environnements Extrêmes-LEMiRE; cette Unité Mixte de Recherche CNRS CEA Aix-Marseille Université est située sur le site du CEA Cadarache à Saint Paul lez Durance. Aujourd’hui basée à Pertuis, l’entreprise met au point des biostimulants pour les grandes cultures comme le tournesol, le blé et le colza. Les bactéries sont naturellement dans le sol, les produits interviennent sur le réassemblage du sol autour des racines des plantes. Dès lors, de meilleurs apports en eau et en nutriments sont constatés. Le marché se structure avec un mix de grands acteurs et de startups. BioIntrant postule actuellement au concours innovant i-Lab de la BPI pour le développement d’un biostimulant et cherche également des partenaires industriels pour co-développer de nouveaux produits.

 

30 années d’expérience en biblio bactérie

La force de BioIntrant tient notamment à l’incomparable expérience en microbiologie et agronomie de ses associés dont 5 issus du laboratoire LEMiRE. Ce savoir faire scientifique repose entre autres, sur une base de connaissance des interactions plantes bactéries dont une bibliothèque bactérienne d’une grande richesse. Cette collection de souches bactériennes permet à BioIntrant une sélection variétale d’une grande finesse. L’entreprise va jusqu’à l’étape de mise sur le marché des actuels produits proposés aux semenciers et distributeurs. Créée en 2018, la société a d’abord intégré l’incubateur Impulse spécialisé dans la biotechnologie. En 2019, BioIntrant rejoint la pépinière de Pertuis avec une installation dans des locaux bien adaptés à son activité en microbiologie. Une ingénieure en bioinformatique a rejoint l’entreprise pour apporter son expertise en analyse Big Data appliquée au cœur de métier de BioIntrant. Tout cela a été en partie, facilité par l’obtention du fonds d’amorçage de Provence d’un montant de 35K€ notamment l’installation d’un laboratoire de microbiologie de 45 m² à Pertuis entièrement équipé et fonctionnel. Nicolas Chabert qui gère les projets sur le plan technique se réjouit de l’aventure scientifique qu’il partage avec l’équipe de BioIntrant

13 mai 2019