I-MC automatise l’interaction avec les machines d’usinage

Avec sa chaîne numérique innovante, I-MC développe une solution de contrôle robotisée à destination des machines d’usinage.

 

Ce contrôle est un impératif délicat pour les industriels. Il implique de retirer les pièces des machines pour les faire contrôler ce qui induit une perte de temps et de réelle difficulté pour obtenir des précisions de quelque dizaine de microns (100 fois plus petit que le millimètre). La solution d’I-MC supprime cet inconvénient en permettant un contrôle et une éventuelle correction directement sur la machine. « Au lieu de déplacer l’objet, on apporte directement notre plateforme sur la machine de production. » explique Dominique Nozais, président d’I-MC.

Grâce à son capteur optique robotisé qui se déplace sur la  plateforme, la pièce est comparée avec son plan de fabrication pour vérifier sa conformité. L’information est ensuite remontée sur le poste de supervision de la plateforme pour permettre les corrections. « Notre finalité est d’automatiser l’interaction avec la machine» La précision du capteur optique permettra d’éviter les rebus et le poste de supervision de la plateforme permettra d’enregistrer l’ensemble des  contrôles réalisés lors de la fabrication.

Des économies en perspectives pour les industriels : accélération du prototypage, conservation de ces réglages pour la réalisation de petites séries récurrentes, mais aussi, lancement de la fabrication sans avoir d’opérateur derrière la machine. Un atout qui permettra aux petites structures d’augmenter leur temps d’ouverture machine, sans augmenter le personnel présent.

I-MC : une installation sur Pertuis et bientôt un développement à l’international 

 

Située à Pertuis, entre Marignane et CADARACHE sur 40m² de bureaux et 40m² de zone technique, lors de son inauguration, I-MC a récemment pu montrer à ses partenaires la traduction concrète de leurs investissements. Une démonstration suivie par une cinquantaine de personnes.

« On va développer et commercialiser le produit sur la base du retour d’expérience avec les industriels. » précise Dominique Nozais. Le Dispositif d’Amorçage de Provence leur aura permis de financer une partie des équipements dont le capteur. En partenariat avec le CEA Cadarache et l’Ecole Centrale de Nantes pour la phase de R&D, I-MC a pour objectif d’industrialiser sa plateforme en 2019 et d’en développer une version combinée pour plusieurs machines. Le lancement sur le marché est prévu en 2020. Les secteurs de l’aéronautique et de la défense devraient être les plus intéressés.

L’équipe de 5 personnes envisage de se lancer rapidement à l’international et a déjà commencé à travailler dans ce sens avec CCI Internationale PACA et Business France.