Photo Daniel Kapikian

L’ambition est d’apporter de la statistique professionnelle aux sportifs amateurs

 

Notre vision : valoriser les apports individuels dans un collectif

Le foot en salle rencontre un succès grandissant depuis une dizaine d’années dans de nombreux pays et toute une série de données émerge de cette pratique. Autant de données tangibles indiquant des axes d’amélioration concrets à travers l’analyse et la comparaison des temps et fréquences des courses, des récupérations de balle… L’ensemble de ces statistiques professionnelles, aussi bien techniques que physiques, deviennent aujourd’hui disponibles pour les amateurs de jeux collectifs et de balle afin d’améliorer leur pratique à travers l’offre de SPORTBAK. Les actions collectives montrent tout leur potentiel et les valeurs collectives de don de soi et d’abnégation reprennent tout leur sens. Un grand pupitre récupère les statistiques individuelles comme  collectives du jeu grâce à des ballons spéciaux et chevillères comportant des capteurs qui transmettent les données utiles directement à ce totem tactile. Gérants de complexes et pratiquants s’intéressent de plus en plus à cette innovation qui n’en est qu’à ses débuts.

 

Après l’incubateur Belle de Mai, personne ne nous faisait vraiment confiance sauf le DAP

La période d’incubation à l’Incubateur national de la Belle de Mai à Marseille a été un passage fécond pour les 2 associés de SPORTBAK. Les liens avec la recherche ont pu se tisser et se renforcer notamment avec 2 laboratoires : IM2MP et ISM (Insititu de la Science et du Mouvement). Deux docteurs et un thésard sont venus étoffer l’équipe pour faire aboutir la recherche et le développement nécessaires à la mise au point de l’ensemble de la technologie. Pour la preuve de concept, alors que le projet était encore embryonnaire, personne ne nous faisait confiance. C’est le DAP qui a permis de débloquer la situation. Avec l’avantage de pouvoir bénéficier d’une aide précieuse pour aller de l’avant alors que rien n’était encore fait. Ensuite les choses sont allées très vite avec la mise en avant de SPORTBAK au salon du CES à Las Vegas l’an passé et la participation à l’OM Innovation Cup en décembre où l’entreprise est sortie lauréate. Une levée de fonds auprès de Business Angels en région a suivi et les salles de foot indoor ont commencé à s’équiper.

 

L’appli mobile rencontre aussi du succès

Tout sportif peut consulter une heure après son match, l’ensemble des statistiques individuelles et collectives de sa partie et ce, sur l’appli mobile SPORTBAK. Avec l’essor du Gaming, le jeu en ligne est également proposé avec sa monnaie virtuelle, un budget, une équipe et un « mercato » s’étalonnant sur des valeurs joueurs définies par les performances réelles sur le terrain. Pour les salles amateurs, le Business Model repose sur une location du matériel : totem, ballons spéciaux et chevillières connectée, coût calculé en fonction du taux d’utilisation de chaque complexe sportif. Avec 330 complexes installés en France, SPORTBAK s’étend rapidement avec déjà 50 salles équipées cette année. Angleterre, Allemagne, Italie, Espagne, Pays Bas et bientôt États Unis mais aussi la Chine tapent à la porte pour accueillir cette innovation dans leurs complexes sportifs. Le Football à 11 ainsi que le Basket sont 2 développements auxquels SPORTBAK pense très sérieusement. Détecteurs de talents et recruteurs pros voient d’un très bon œil le vivier de joueurs et d’équipes prometteuses offert par le recueil de statistiques professionnelles.

 

Interview Gabriel Cohen, dirigeant associé de SPORTBAK par Julia Santi

12 novembre 2018