Photo Daniel Kapikian

 

La bio-dépollution : un bel exemple d’innovation verte

 

Notre procédé est reconnu par le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire

Daniel Garcia et Camille Escoffier, avant de s’associer pour créer ADEQUABIO, ont d’abord travaillé ensemble au sein du Laboratoire Bioénergétique Cellulaire du CEA Cadarache. L’objet de leurs travaux : l’étude des bactéries photosynthétiques. Ils découvrent que ces bactéries participent activement à la dépollution d’effluents chimiques. Première phase de leur recherche : identifier les bactéries capables de dégrader les polluants en utilisant le rayonnement solaire pour générer de l’énergie chimique (photosynthèse). Les bactéries se nourrissent de composés organiques et se multiplient ainsi grâce au soleil. Un brevet est déposé en 2004. Jusqu’en 2013, c’est le traitement des effluents phytos qui se développe avec la mise au point du procédé Phytobarre. A travers le projet européen Life-Phytobarre (2013-2017), l’équipe de chercheurs oriente ses innovations en direction du monde agricole avec démonstration de la preuve de concept. Le procédé Phytobarre est aujourd’hui reconnu par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire. Afin de dégrader les pesticides tout en respectant l’environnement, les agriculteurs (sous certaines conditions) sont subventionnés pour utiliser ces bactéries prêtes à l’emploi, bactéries qui se présentent sous la forme d’un sachet actif durant un an, à disperser dans un bassin de traitement spécifique aux effluents. ADEQUABIO se spécialise dans le traitement des effluents issus des serres et des bâtiments d’élevage.

 

Avec le DAP, on a franchi un cap dans l’échelle de fabrication

C’est pour prototyper la chaîne de production semi industrielle de bactéries, que les dirigeants ont utilisé l’aide accordée par le DAP. Un premier prototype de culture de masse, réalisé au CEA Cadarache, a permis de développer l’utilisation de bactéries de photosynthèse pour dépolluer tout type d’effluents. Cela a constitué un cap dans l’échelle de fabrication. Pour les 5 ans à venir, ADEQUABIO est déjà positionné sur de nombreux nouveaux chantiers, avec l’embauche d’une dizaine de personnes. CEA Investissement figure avec les 2 associés au capital de l’entreprise.

Que ce soit dans tout le Sud de la France, les Hauts de France, la Champagne Ardennes, l’Aquitaine, Les Antilles, l’Espagne, le Maroc ou l’Algérie, la bio dépollution offre des procédés qui séduisent par leur simplicité et leur efficacité sans dommages collatéraux. Maraîchage, arboriculture, viticulture et élevage sont actuellement les 4 grands domaines d’applications, avec les effluents industriels comme suite logique de cette nouvelle ingénierie de la bio-dépollution. Ces bactéries résistent à des stress environnementaux multiples, comme ceux contenus dans l’atmosphère, notamment toute la famille des stress anthropiques provoqués par l’homme. 100ème lauréat du DAP, l’entreprise est un bel exemple d’une innovation verte en plein essor.

 

Interview Daniel Garcia, Président cofondateur d’ADEQUABIO par Julia Santi

12 novembre 2018