Deuxième participation au CES de Las Vegas pour Genes’ink

Enthousiasmée par sa première expérience, Genes’ink était résolue à assister à l’évènement au moins en tant que visiteur pour faire du lobbying. Elle a donc entamé sa préparation en juillet et a finalement été sélectionnée au mois d’octobre pour partir avec la délégation Aix Marseille French Tech.

Leader sur le marché des encres conductrices et semi-conductrices, Genes’ink conçoit et produit des solutions imprimables pour les secteurs de l’électronique imprimée, des énergies renouvelables et de l’OLED. Sur le salon, la startup a présenté différents prototypes : exemple de packaging, carte PCB totalement souple supportant des composants électroniques… Tout le nécessaire pour permettre à ses interlocuteurs de comprendre comment intégrer ses solutions à leur production.

 

L’accompagnement French Tech, un vrai plus

 

Ce que Genes’ink a le plus apprécié dans cette seconde édition, c’est la qualité et l’efficacité de l’accompagnement fourni. Aidée par un consultant, l’équipe a pu se préparer au terrain en travaillant sa posture, le montage du stand, l’accueil sur ce dernier, ainsi que les meilleurs moyens d’être identifiables sur le salon.

« L’année dernière nous avons été sélectionnés au dernier moment. » nous explique Corine Versini, CEO de Genes’ink, « Cette année, nous avons noté une vraie différence dans la préparation : prototypes, brochures, fiches salon, nous avions tout prévu. Ce coaching nous a donné de vrais outils pour le CES et même pour de prochains salons. ». Un entrainement nécessaire pour tenir le rythme : « On est levé tôt le matin pour un before avant l’ouverture, un petit déjeuner avec investisseurs et institutionnels et après c’est toute la journée sur le stand. ».

Cette préparation a été déterminante pour la startup qui a noté une vrai différence par rapport à sa première édition, notamment au niveau des rendez-vous: « Nous avons eu une bonne centaine de contacts sérieux, de grands groupes comme Fisher Price ou Amazon. »

Au sein de l’Eureka Park, tous les pays et toutes les nationalités sont représentées. De nombreuses opportunités sont offertes aux startups françaises, notamment celles de rencontrer des groupes Français qu’elles n’auraient pas pu rencontrer en France. Mais pour arriver à capter l’attention, il est essentiel de se démarquer. Le fait d’avoir « une unité de visuel au niveau de la French Tech, c’est un gage de qualité en plus. », selon Corine Versini.

Un suivi est également prévu pour l’après CES. Une période chargée, puisqu’il va falloir suivre et relancer les contacts  jusqu’en mars. Si l’aventure a fourni à la startup de nouvelles pistes, il faudra au moins deux mois pour dresser un bilan des commandes, faire le suivi des clients et concevoir les premiers prototypes.