Carton plein pour Sportbak au CES de Las Vegas

Trouver de nouvelles manières de manager une équipe, d’éveiller la motivation… de réels challenges pour les salles de sport. Pour arriver à ce résultat, nombre d’entre elles s’intéressent à la gamification.

 

Sportbak vient se placer sur ce marché très concurrentiel avec son dispositif FutBak présenté récemment au CES 2018 de Las Vegas. L’idée ? Récupérer des données tangibles et exactes sur le jeu respectif des joueurs de football amateur, pour leur donner une chance de s’améliorer.

 

« C’est une frustration qu’on a ressenti nous-mêmes en tant que joueurs amateurs. Aucun outil n’existait ! » explique Gabriel Cohen, co-fondateur de Sportbak avec Benjamin Simeoni. Ils décident de fonder la startup en 2016 et développent leur premier produit FutBak.

 

Une chevillère à placer sur le pied fort du joueur qui communique directement avec un ballon connecté durant le match. Les performances respectives des participants sont ensuite retracées sur un écran pupitre de quarante-huit pouces. A la différence des systèmes existants, en fin de matchs ou d’entrainements, FutBak permet de récupérer deux types de données : physiques (distance, vitesse) et techniques (passes réussies, ratées, tirs, ballons perdus et récupérés).

Après un an et demi de R&D réalisée à Gardanne par six ingénieurs,  deux brevets déposés, des tests et démo menés en partenariat avec Monclub Futbol à Bouc-Bel-Air, Futbak lance son industrialisation fin 2017.

 

Futbak plébiscité au niveau local et international

 

Partenaire de the camp pour équiper leur terrain de foot extérieur, lauréats de la première édition de l’OM Innovation Cup avec 25 000€ récoltés, un accompagnement professionnel et peut-être l’opportunité de bénéficier de l’image de joueurs pour promouvoir leur solution, aucun doute, localement FutBak rencontre beaucoup de succès. Et les fondateurs ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin ! Le continent américain ? Une cible prioritaire. Sur place, des contacts ont déjà été établis pour le développement et la distribution. La startup va établir une joint venture avec une société américaine.

 

Il était donc essentiel d’aller présenter FutBak au CES de Las Vegas. Un moyen de répondre aux nombreuses demandes déjà reçues. Aidés de la CCIMP, plusieurs mois de coaching ont été nécessaires pour se préparer à un salon d’une telle envergure. « Nous avions été briefés sur les choses à dire et à ne pas dire. Un gros travail a été fait pour identifier les bons interlocuteurs et leur envoyer des invitations. »

 

Grâce à la qualité de cette préparation, de la communication sur place, Futbak a réussi à attirer de nombreuses nationalités, outre les américains, des canadiens, des sud-américains, des anglais… « Le bilan est très positif, nous avons eu des contacts de qualité. Nous avons une quinzaine de personnes américaines et françaises avec qui on veut avancer sur différents sujets : investissements, partenariats, commercialisation… »

 

L’année 2018 devrait être bien remplie pour Sportbak, avec l’industrialisation en cours en France, la sortie de FutBak pour les clubs amateurs de futsal et de football à onze et une levée de fonds au 1er trimestre. Face à un tel agenda, l’équipe de sept personnes va bientôt s’agrandir avec quatre recrutements prévus d’ici deux mois et quatre autres d’ici l’été.